Gagner des places dans Google grâce à la page pilier ?

Vous avez un site internet et un blog. Votre stratégie implique de créer du contenu qui ranke dans Google, d’attirer du trafic et “embaser” ses visiteurs dans un tunnel de conversion. Bref, vous faites partie des personnes qui font de l’inbound marketing.

Pour les webmasters en e-commerce, considérez que mon discours relatif au site corporate est le même pour vous.

Bon voilà, les blogs souffrent d’un inconvénient : la classification des articles (ou produits) n’est pas conforme à ce qu’attend Google. Et ce n’est pas un scoop.

Dommage, je sais. mais il s’agit d’un constat dont je ne saurais être tenu pour responsable. Loin de moi l’idée de vous casser le moral après les efforts consacrés à l’ouverture de votre site ou/et blog. Cet article a pour finalité de vous faire bénéficier d’un transfert de compétences acquises grâce à pas mal d’expérimentations relatives au concept de Cocon sémantique initié par Laurent Bourrelly ou la page pilier initiée par Hubspot. 

Je n’ai rien inventé, j’ai juste testé et je me suis appliqué à forger une méthode. Pour ceux qui préfèrent écouter une vidéo, je vous conseille celle de Laurent https://www.youtube.com/watch?time_continue=438&v=MGvg8_7oBuo

Pour les autres voici mes conseils :

Pourquoi la structure des blogs n’est pas SEO friendly ?

Nous savons que Google détecte le sujet de votre contenu en s’appuyant sur les mots-clés, mais surtout en analysant l’ensemble du champ sémantique que vous utilisez. En clair, Google va vous classer dans ses pages de résultats en fonction de l’autorité de votre contenu sémantique. 

Attention, je ne suis pas en train de dire qu’il s’agit du seul élément de classification, il y en existe des centaines d’autres. Mais ce facteur sémantique se révèle prédominant. 

D’ailleurs selon mon enquête après de plus de 80 experts en SEO, le concept d’autorité sémantique apparaît comme le 3ème facteur de classification de Google. Ouvrez vos écoutilles, je vais tenter de vous l’expliquer.

Le corpus sémantique d’un site est jugé par Google selon deux prismes :

  • le corpus des mots employés dans votre article doit être très proche de l’expression clé que vous souhaitez mettre en avant et sur laquelle vous aspirez à  être référencé en 1er sur Google. C’est pour cela qu’il faut être précis dans ces expressions et éviter de faire des analogies. Un exemple. Au début de mon activité, j’avais créé un long article sur le Growth-hacking incluant une analogie avec le Dr House. Problème, comme je parlais de série, de médecine, Google était perdu. Mon article devenait sémantiquement moins précis qu’un article qui ne faisait pas d’analogie et employait des termes propres au Growth-Hacking. Sniff, c’était déconcertant. L’article s’est bien partagé sur les réseaux sociaux mais ne pourra jamais être bien référencé sur Google. Une fatalité qu’il faut malheureusement prendre en compte. Je vous recommande d’utiliser un outil comme 1.fr pour trouver les expressions clés que vous devez employer dans vos articles afin renforcer ce corpus sémantique.
  • les liens internes de l’article doivent renvoyer vers des pages aux contextes proches dudit l’article. Prenons un exemple extrême pour comprendre cela : si votre article traite  de voitures électriques et que vous y insérez des liens renvoyant vers des pages qui évoquent la réglementation en matière d’énergie, il obtiendra un score sémantique moins important qu’un texte qui renvoie vers des pages qui parlent de batteries électriques par exemple. La réglementation électrique étant une thématique juridique, cela dévalorisera votre article qui ne traite pas de droit mais d’usage comme peut l’être un détail sur la batterie électrique.

Alors oui, ce genre de conclusion fait mal, car il contraint à renoncer aux effets de style propres au storytelling et censés améliorer votre conversion. Le but du jeu est de vendre, de transformer le visiteur en client qui apporte du chiffre d’affaires, donc de trouver le meilleur compromis entre cadrage sémantique et effets de style qui claquent. Vous me direz d’ailleurs dans vos commentaires si je suis dans le vrai avec cet article, si ma quête de solutions vous a convaincus.

Aujourd’hui, Google a corrigé ses algorithmes de classements pour qu’ils correspondent au mieux au comportement de recherche des internautes (mais pas aux efforts d’originalité des rédacteurs ). Google s’attache aux velléités du client potentiel, pas au talent de présentation du vendeur de produits ou de services. A ce dernier de s’adapter s’il veut être vu. Or le comportement des internautes a évolué.

Alors si vous devez retenir une chose de cet article, c’est cette phrase : Google récompense aujourd’hui les sites avec un contenu organisé par thèmes plutôt que par simples mots-clés.  

Pourquoi une stratégie de SEO basée sur les mots-clés n’est plus aussi efficaces ?

NOUS (tous ou presque) n’utilisons plus Google de la même façon qu’il y a quelques années. Exemple : nous demandons de moins en moins à Google un « restaurant à Saint-Malo » mais de plus en plus « Quel est le meilleur endroit pour manger à Saint-Malo ? ». Nous formulons de plus en plus nos requêtes à Google comme des intentionnistes et non des curieux.

C’est aussi pour cette raison que la recherche vocale explose depuis quelques mois.

Nous cherchons des informations selon la façon dont nous parlons et selon notre aptitude à étudier les résultats. Nous effectuons (tous) des recherches du type “investigations” et sommes inconsciemment ouverts à nous engager  dans une recherche du type tunnel de maturité. Pro de l’inbound, à bon entendeur 🙂 … 

Et ça, Google l’a évidemment observé. Il a réagi et corrigé ses jalons de classement dans les SERPs en fonction de ce nouveau comportement.

C’est une véritable révolution à laquelle les rédacteurs et professionnels du SEO doivent s’adapter pour rester performants.

Aujourd’hui je souhaite vous initier à la “page pilier”, la “pillar page”, une méthode  qui tente de répondre à ce nouvel usage de recherche.

Qu’est qu’une page pilier

Encore connue sous l’appellation de « pillar content », la page pilier est une expression qui trouve ses origines aux États-Unis. Définie par Hubspot, cette expression s’inspire des techniques dites de « cocons sémantiques »,  employées depuis de longues années dans le domaine du SEO. La page pilier est une page traitant d’un mot-clé, des sujets gravitant autour de ce mot-clé et apportant aux lecteurs une vue générale sans s’égarer dans les détails. Il s’agit en sorte d’une landing page longue qui doit couvrir l’intégralité de la thématique répondant aux requêtes les plus courantes des visiteurs.

C’est donc une page qui se référence dans les moteurs de recherche sur un terme ou un mot-clé concurrentiel, le dit mot-clé exprimant la thématique. 

La page pilier joue un rôle important dans le maillage interne d’un site internet au travers d’éléments que nous invoquons dans la suite de notre article. Restez jusqu’à la fin, les solutions pratiques qui vont booster votre business arrivent.

Pourquoi faut-il faire des pages piliers ?

Comme je vous le disais précédemment, les blogs souffrent d’un inconvénient : la structure des blogs est telle que les articles s’affichent  sous forme de paginations, dans des classifications chronologiques et non selon un classement thématique. Même si certains d’entre nous proposent des classements par thématiques, nous le formulons de façon arbitraire et non selon une classification en cluster sémantique.

Comment Google réagit au classification des blogs et sites de e-commerce ?

Pour les traditionnels blogs ou sites de e-commerce, Google va donc scraper les pages du blog selon au chemin chronologique et sans sens sémantique. Les liens entre vos articles sont des liens hasardeux. Je pourrais aussi critiquer 99% des sites qui affichent des menus sur le site et donc offrent à chaque page des liens vers des pages aux contextes éloignés (là je critique surtout les sites de e-commerce).

En pratique, cela signifie que votre référencement en pâtira, que Google va galérer à faire des liens sémantiquement proches entre les pages. Ca n’a rien de bon.

La page pilier a pour rôle d’offrir à Google une page que je qualifierai de sorte de page sommaire qui va permettre aux scrappers de Google de partir de la page centrale thématique vers des pages secondaires aux contenus très proches sans trop d’effort de scrapping.  Il s’agit donc d’indiquer son chemin à Google grâce à un cluster sémantique. Ainsi guidé, Google comprend donc être en présence d’une page qui traite bien d’un sujet spécifique. Pensez que Google perd moins l’argent dès lors que ses serveurs déploient moins d’efforts de scrapping. Google est partisan du moindre effort. Aidez-le à gagner plus de dollars facilement, il vous aidera en vous récompensant dans son référencement.

Pour que vous compreniez bien le désordre des blog actuels voici schématiquement comment ils se visualisent :

Cluster blog-FR

Et voici comment se visualise un blog avec des pages piliers :

Nouvelle structure-2.png

C’est tout de suite moins le bazar, non ? C’est déjà moins le bazar pour vous et donc a fortiori pour Google et ses robots spiders. Google vous le rendra bien. Aidez-nous, Google vous aidera ! 

La page pilier regroupe plusieurs éléments.

Une page pilier comprend un titre composé du mot clé principal, de sections regroupant un sous titre avec un mot-clé secondaire, une brève description et un lien vers un autre article qui traite en détail le mot-clé secondaire.

Grâce à toute cette structuration autour de la page pilier, le visiteur trouvera rapidement des réponses par rapport à une thématique spécifique et aura la possibilité de se rendre sur des pages cliquables pour des informations complémentaires et précises. De plus, un bon article qui se positionne sur une thématique particulière affronte moins de concurrence et bénéficie d’un bon référencement naturel. Il attire plus de visiteurs sur la page pilier, ce qui accroît sa pertinence au niveau du search engine.

 Que devriez-vous faire dés demain ?

Je vous conseille d’étudier si vous n’avez pas des ensembles de pages, d’articles que vous pourriez regrouper pour expliquer un concept..

Prenons un exemple concret. En ce moment, je m’occupe d’un client qui veut se positionner sur la thématique “innovation”. Peu de contenu sur son site, une faible autorité. La stratégie pour qu’il se positionne sur le mot-clé “innovation” implique qu’il publie de nombreux articles pertinents sur les différents types et formes d’innovation, puis publie un article pilier qui traite de la définition de l’innovation. Un article de 2000 mots au moins en dressant la liste de toutes ces innovations avec un brève description de celles-ci avec des renvois vers tous ces articles qui les présentent en détail. Au final, l’article en question est apparu dans le top 8 dans Google, dépassant de sites au trust flow bien supérieur.  Le coup de boost sera d’aller lui chercher des backlinks afin que Google le considère comme très autoritaire et le classe dans le top 3. J’ai moi-même un exemple sur l’article “comment améliorer son référencement naturel” ou je suis 2ème voire 1er par moment sur cette expression clé très concurrentielle. Le moyen d’obtenir ce résultat ? J’ai tout simplement travaillé mon article comme une page pilier.

Plus que jamais, l’optimisation d’un blog, son efficacité en termes de conversion, nécessite un talent spécifique, le savoir-faire qui attire les visites de clients propulsés sur vos pages web grâce au bon référencement obtenu sur Google. 

Je résume les choses d’un point de vue technique : 

La page pilier permet de se positionner sur un thème dans les moteurs de recherche.

Comme nous l’avons évoqué plus haut, la page pilier est la page sur laquelle se traite un mot-clé. Ce mot-clé décrit souvent une thématique. La page pilier peut être un article généraliste qui va couvrir un sujet sur lequel le site (l’entreprise) souhaite se positionner sur Google. Plus long qu’un article ordinaire, l’article pilier couvre tous les aspects de ce sujet et l’ensemble de son champ sémantique en un seul contenu.

Le but de l’article pilier est de pouvoir répondre à l’ensemble des questions que peuvent se poser les internautes sur un sujet, une thématique, sans entrer dans le détail.

La page pilier permet d’améliorer les clusters sémantiques d’un site

L’organisation de vos pages reliées par des pages piliers permet à Google d’accéder plus directement et rapidement à ces pages traitant d’une thématique. Par le biais de cet accès direct, les algorithmes de Google en déduisent un lien fort et augmentent dès lors l’autorité des pages. Donc leur classement dans les pages de résultats progresse.

Il va falloir créer des liens entre votre page pilier et les articles associés aux sous-domaines de la thématique. Il sera également judicieux de lier les articles traitant des sous-thèmes à la page pilier, et ceci même entre eux.

Ainsi, comme vous l’avez compris, la page pilier va offrir l’avantage aux internautes de surfer d’un article à un autre sur une thématique et d’optimiser leur expérience sans gros effort. Mais l’avantage  primordial que va apporter la page pilier sera de booster de façon considérable votre SEO dans un environnement très concurrentiel par le biais de plusieurs liens internes en vous positionnant de façon avantageuse sur la SERP. Non seulement elle optimise votre SEO, mais en plus la page pilier booste de stratégie de web marketing du fait de la rédaction de plusieurs articles tournant autour des thématiques qui augmenteront vos offres sur le site. 

 

A lire aussi :  4 optimisations SEO pour la recherche vocale.
A lire aussi :  Les Origines de Google

Besoin d’une prestation d’optimisation de votre classement dans les ages de résultats ? Digital Corsaire est une agence SEO sur Rennes qui vous fera prendre le large sur vos concurrents

8 Partages
Partagez8
Partagez
Enregistrer
Tweetez